Dyspraxique Mais Fantastique (DMF34)

Aujourd’hui Cvie a assisté à une journée de mises en situation sur les troubles DYS, organisé par l’association DMF34 (Dyspraxique Mais Fantastique).

DMF34, kézako?

Objectifs de l’association

Rassembler, informer et aider toutes les familles touchées par la dyspraxie.

Inciter les médecins, les psychologues, les pédagogues à s’interroger sur ces enfants déroutants afin que nos enfants soient diagnostiqués de manière précoce, soient pris en charge de manière adaptée et suivent un cursus scolaire normal.

Alerter les pouvoirs publics afin que la dyspraxie soit reconnue comme un handicap à part entière avec ses spécificités et que s’en suive : la formation de rééducateurs spécialisés (orthoptistes, ergothérapeutes, psychomotriciens, orthophonistes, psychologues …)

La création de classes adaptées ou de tout autre dispositif permettant de garantir aux enfants dyspraxiques une scolarité normale et une formation professionnelle qui leur permettra d’accéder à l’autonomie à laquelle ils peuvent prétendre de plein droit.

La présidente actuelle est Nadia CHEBAIKI.

 

L’atelier
Comment mieux se rendre compte du quotidien des personnes dyspraxiques !

Une trentaine de participants ont pu vivre leurs difficultés au travers d’ateliers spécifiques sur la dyslexie, la dyspraxie, la dyscalculie et la dysorthographie.

 

Projet

Leur nouveau projet vise les enfants et les adolescents dyspraxiques.
Les personnes dyspraxiques souffrent souvent d’un manque de confiance en elles-mêmes ce qui peut provoquer des blocages notamment dans leurs relations avec autrui. Elles sont souvent très stressées et sont en état de souffrance quasi perpétuel.
Dans l’optique d’améliorer le bien être des nos chers dyspraxiques, l’association propose des ateliers d’art-thérapie qui se dérouleront dans un premier temps, sur la commune de Canet.

Définition :
L’Art-thérapie est fondée sur le pouvoir expressif et relationnel de l’art. Le but n’est pas la réalisation d’une œuvre mais la recherche d’un équilibre entre l’intention : « ce que je souhaite faire » et l’action « ce que je fais ».
Pour arriver à une production personnelle harmonieuse, favorisant le sentiment d’estime de soi.

Comment :
Durant l’atelier, plusieurs médiateurs artistiques sont employés (théâtre, chant, conte, musique,) pour amener l’enfant à explorer l’expressivité de son corps et de sa voix, dans un processus de création et de relation. A partir de divers jeux et supports sollicitant le mouvement, la gestuelle, le rythme, les sens ; les sons, les émotions, l’imagination, l’enfant est encouragé à expérimenter de nouvelles façons d’être et de se comporter pour mieux appréhender son corps et développer la confiance en soi.

Déroulement :
– Session de 7 ateliers, sur une période de 3 mois : 1 atelier hebdomadaire sauf pendant les vacances scolaires
– 4 à 8 participants : enfants et adolescents
– Durée : 1h30
– Lieu : foyer rural de Canet
– Créneau : à définir avec les familles

 

Partager cet article